CHANGEMENTS MÉTABOLIQUES D'ADAPTATION AU STRESS LORS D'UNE COURSE AU LARGE EXTRÊME

Le corps n'est pas le même avant et après un tour du monde.

Un tour du monde à la voile produit des changements sur le corps et son métabolisme. Connaître ses changements s'avère une aide précieuse pour améliorer les performances et assurer la santé des navigateurs.

On peut observer l'usure physique des navigateurs pendant un tour du monde par une série de changements biochimiques. Belén Gualis, Juan Ybarra, Mónica Isart, Eva Montoya, du Centre Médical Teknon de Barcelone, ont développé une étude des effets physiques sur l'organisme dus au stress, de 10 navigateurs de la Barcelona World Race 2014/15.

Tous ont été soumis aux conditions climatiques extrêmes propres à la navigation océanique, sans être en mesure de faire des escales pendant une période prolongée d'environ trois mois, avec les changements du cycle circadien et les transgressions alimentaires que cela entraîne, et ce dans une atmosphère de compétition constante 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. 

L'étude a mesuré une série de paramètres anthropométriques et analytiques axés sur les marqueurs biologiques métaboliques et hormonaux. Ces données ont été déterminées avant le départ de la course au large et au moment de l'arrivée à terre.

Télécharger l'affiche du projet

Partager cette publication